Bois de cerfs, curiosité fantastique

Les bois de cerfs sont de véritables « bouts d’os » qui tombent et se régénèrent chaque année.

A quoi servent-ils ?

Ces extensions osseuses sont des armes naturelles pour combattre durant les périodes de rut des cerfs. Les biches en sont dépourvues, ainsi que le faon durant ses neufs premiers mois. Durant sa seconde année, il sera daguet (le bois est pourvu d’un seul « tronc », sans ramification), surnommé : Dague. Puis dés sa troisième année, les ramifications composeront les andouillers et les cors. Ils jouent un rôle social selon leur volume, leur longueur et le nombre d’andouiller.

Le premier andouiller se dénomme le « massacre« , car il a en effet la charge de blesser le congénère lors du duel.  Il peut y avoir un,  deux ou trois andouillers,  sur la partie haute, il y a l’enfourchure ou l’empaumure (si 3 ou + de cors). A noter : il n’y a aucun lien entre le nombre de cors et l’âge de l’animal. La taille du bois dépendra de la qualité de son habitat, de son alimentation ainsi que de son hérédité.

Plus l’animal va vieillir, plus ses bois vont s’épaissir aux extrémités, on parlera de « ravalement« . Pour déterminer son âge, il faut observer les meules, et surtout les dents pour la précision.

Quel est le cycle des bois ?

Chaque année en hiver, le cerf va perdre ses bois à partir de février pour les plus âgés, jusqu’au début du mois d’avril. Ils vont instantanément repousser et seront recouverts de velours.

A l’automne, lors du brame, les cervidés vont frotter leur bois contre des troncs afin d’y laisser leur odeur, marquer leur territoire, et attirer les femelles. On appelle ces traces : frayures.

Un seul bois pèse généralement entre 500g et 2 kilos, mais les plus importants peuvent faire jusqu’à plus de 3 kilos. Lorsque l’animal perd un bois, il essaie de se débarrasser de l’autre pour limiter le déséquilibre. Le second bois peut se trouver dans un rayon d’un kilomètre du premier.

Selon les zones géographique et les essences qui composent les forêts, les bois prennent une teinte plus ou moins sombre. On l’observe sur cette photo où un bois des Ecrins côtoie celui du Vercors :

Il faut noter ce fait remarquable : c’est le seul mammifère adulte à  pouvoir régénérer un os (qui plus est, chaque année).

Et les bois de chevreuils ?

Le bois de chevreuil est 5 à 6 fois plus petit, léger, à peine plus grand que la taille d’une main. Le bois de cerf mesure entre 70 et 90 cm et est vraiment lourd. Ils tombent en octobre et en novembre.

Si vous souhaitez pister les indices que laissent les cerfs, biches et petits faons, laissez vous guider dans cette découverte, au plus prés de la nature. Contactez moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.